Les Lufteaux
Bienvenue sur le forum de l'association "Les Lufteaux" !
Nous avertissons nos lecteurs que les échanges entre passionnés d'histoire militaire peuvent contenir des photographies historiques ou de reconstitution représentant des soldats allemands de la seconde guerre mondiale.

Bonne lecture !


Reconstitution historique allemande Luftwaffe WW2
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexionAccès direct au site
Derniers sujets
» Membres 2018
Dim 18 Fév 2018, 16:01 par blitz

» Investissement 2018
Dim 11 Fév 2018, 03:14 par david@leslufteaux.com

» Weitbruch Libéré
Ven 09 Fév 2018, 22:03 par david@leslufteaux.com

» 1ère Batterie, marche 2018.
Ven 09 Fév 2018, 21:30 par david@leslufteaux.com

» Travail associatif en cours...
Mar 06 Fév 2018, 20:03 par J.Brunnhuber / Jeepo

» PanzerKnacker (Casseur de Char)
Lun 05 Fév 2018, 14:16 par HansWerner

» Les Historiques 2018
Ven 26 Jan 2018, 22:57 par david@leslufteaux.com

» flak 38
Mer 24 Jan 2018, 21:11 par jossaic

» Film
Lun 22 Jan 2018, 22:30 par Kévin

» Film My Honor Was Loyalty
Lun 22 Jan 2018, 20:53 par Kurt Reus

» remorque IF 8
Dim 21 Jan 2018, 19:11 par blitz

» Les motos de l'armée allemande !
Mer 17 Jan 2018, 01:37 par david@leslufteaux.com

» Nouvelle arrivante chez les Lufteaux !
Mar 16 Jan 2018, 22:36 par Feles

» La piétaille de la luftwaffe, felddivision et parachutistes
Mer 27 Déc 2017, 15:19 par david@leslufteaux.com

» Kurt Reus
Jeu 21 Déc 2017, 22:11 par jossaic


Partagez | 
 

 Les enfants des ruines...

Aller en bas 
AuteurMessage
david@leslufteaux.com
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 7959
Localisation : Les Damps

MessageSujet: Les enfants des ruines...   Ven 22 Aoû 2014, 22:08

De leur père, ils n'ont aucun souvenir, aucune trace, si ce n'est parfois de vieilles photos jaunies. Plus de 200.000 Allemands sont ce qu'on appelle des "Besatzungskinder", des «enfants de l'Occupation»: leurs pères sont des soldats français, anglais, russes et américains qui ont occupé l'Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Très peu de ces enfants «bâtards», comme on les surnommait péjorativement à l'époque, ont réussi à retrouver la trace de leur père biologiques.



Dimanche 27 octobre 2013, une quarantaine d'entre eux se sont rencontrés à Berlin pour la première fois à l'initiative de l'association américaine GI Trace, qui aide les enfants de GIs à travers le monde à retrouver leur famille américaine, rapporte le quotidien Berliner Zeitung. Jusqu'à présent, les États-Unis sont les seuls qui viennent en aide aux enfants allemands de l'Occupation dans leurs recherches généalogiques. D'après la député SPD Mechthild Rawert, qui présidait le rassemblement, l'accès aux dossiers serait beaucoup plus compliqué en France, en Grande-Bretagne et en Russie.



Le quotidien Die Welt donne l'exemple de Thomas L., un Berlinois de 67 ans qui, après des décennies de recherches, a fini par retrouver la trace de sa famille, grande «comme deux équipe de football», à Houston, dans le Texas. Son père, Adnell Tapley, n'est plus en vie, mais il a pu faire la connaissance de son oncle, de ses demi-soeurs et de leurs enfants. La mère de Thomas L., Gerda, qui avait fui la Prusse-Orientale, avait rencontré son père vers 1944 ou 1945 près de Francfort, dans la petite ville de Bad Kreuznach. Comme l'explique Thomas L.:


«Un jour, mon père a sonné à la porte de son propriétaire. Ma mère, qui était une jolie blonde, lui a ouvert et boum!»



Gerda est tombée enceinte mais le soldat américain a soudain décampé, sans savoir qu'il allait devenir le père d'un garçon, poursuit Thomas L.:


«Ma mère n'a jamais su où avait été transférée sa troupe, elle ne l'a jamais cherché. Ce n'était pas son genre.»

Et pour «ne faire du tort à personne, parce qu'autrefois l'interdiction de fraterniser était en vigueur» —les Alliés n'avaient pas le droit d'avoir des relations amoureuses avec des Allemandes— la mère de Thomas L. fit inscrire «père inconnu» sur son acte de naissance.

C'est grâce à GI Trace que Thomas L., après des années de recherches infructueuses, a finalement réussi à entrer en contact avec ses proches. En seulement huit semaines, l'association a retrouvé leur trace. Depuis fin août 2013, il est en contact par email avec ses demi-soeurs. Il a prévu de leur rendre visite l'an prochain aux États-Unis.

Annabelle Georgen

_________________
L'histoire ne consiste pas à cultiver le souvenir d'un passé lourd de ressentiments ou d'identités qui séparent irrémédiablement, elle est un effort pour comprendre ce qui s'est passé et pourquoi ça s'est passé.

Chaque reconstitueur est critiquable et ceux qui se croient au dessus des autres sont les pires ...
Revenir en haut Aller en bas
 
Les enfants des ruines...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lufteaux :: Le campement des Lufteaux :: La roulante des Lufteaux-
Sauter vers: