Les Lufteaux
Bienvenue sur le forum de l'association "Les Lufteaux" !
Nous avertissons nos lecteurs que les échanges entre passionnés d'histoire militaire peuvent contenir des photographies historiques ou de reconstitution représentant des soldats allemands de la seconde guerre mondiale.

Bonne lecture !


Reconstitution historique allemande Luftwaffe WW2
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexionAccès direct au site
Derniers sujets
» Musée privé
Aujourd'hui à 00:23 par david@leslufteaux.com

» Petit documentaire
Hier à 22:11 par Julien

» flak 38
Hier à 11:43 par jossaic

» Schwerpunkt novembre 2017
Mar 21 Nov 2017, 09:19 par david@leslufteaux.com

» harald n
Lun 20 Nov 2017, 21:45 par harald n

» Présentation Amandine
Dim 19 Nov 2017, 01:25 par Chrüterchraft

» Membres 2017
Sam 18 Nov 2017, 22:10 par WW1/WW2

» jerrycan pour l'assos
Sam 18 Nov 2017, 20:00 par Feles

» laver l'uniforme
Sam 18 Nov 2017, 20:00 par Feles

» ANNIV.
Ven 17 Nov 2017, 22:53 par Generalgui

» Une série" Das Boot" en tournage...
Mar 14 Nov 2017, 17:02 par david@leslufteaux.com

» Presentation
Lun 13 Nov 2017, 23:28 par Feles

» Cout d'une sortie/ finances associative
Lun 13 Nov 2017, 20:09 par david@leslufteaux.com

» Projet radios/ par Jean yves et Valentin
Ven 10 Nov 2017, 00:17 par david@leslufteaux.com

» Marquages casque
Jeu 09 Nov 2017, 14:54 par Julien


Partagez | 
 

 La France, grande mutilée de guerre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hick
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 3423
Age : 33
Localisation : Montville

MessageSujet: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 07 Sep 2015, 20:03

Inventaire des déchets de guerre
Régions Atlantique-Manche
1er janvier 2008 - 31 décembre 2013

La liste est édifiante....

http://www.robindesbois.org/dossiers/dechets-de-guerre/2014/Inventaire-des-dechets-de-guerre-2008-2013.html
Revenir en haut Aller en bas
Quentin F
Posteur locace
avatar

Nombre de messages : 356
Age : 20
Localisation : Lagny-sur-Marne (77)

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 07 Sep 2015, 21:00

Pour ces munitions enfouits dans le sol qui n'ont pas exposés on n'a pas fini en trouver, la preuve, près de chez moi à noisy le sec 3 explosifs ont été trouvés dont une bombe anglaise de 250 kilos.
Revenir en haut Aller en bas
hick
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 3423
Age : 33
Localisation : Montville

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Dim 20 Sep 2015, 21:14

Juste un petit mot dans ce sujet.

Voilà hier, vers 16h on a reçu un appel de randonneur affolés car ils avaient découvert un objet ressemblant à une bombe dans la foret au nord de Rouen.

Étant d'inter, je vais là bas et je tombe sur ça !










Appel à l'OPJ
à la pref
au commandant
à maman
à papa
au notaire
au croque mort
à tonton.....

bref après avoir réveiller la terre entière...  help  help  help  help  help



Je réussi à avoir le démineur de Caen, qui est d'astreinte (chez lui) pour la neutralisation d'engin explosif indéterminé. Ps une bombe c'est une bombe, une valise piégée, c'est indéterminé  zen

Bon le gars me dit:
Elle est là depuis 70 ans elle est plus à 5 minutes. Comme elle a pas bouger depuis, tu vas faire ce que je te dis.
Tu vas vérifier:
1- la fusée avant
2- la fusée arrière
4- s'il y a des bague de forçage
5- les crochets de maintient
6- la présence éventuelle de détonateur sur les flancs
7- les dimensions..... 85cm de long par 25cm de diamètre
.....

Bref me voilà partie à toucher la bête et à creuser autour....

Avec mon camarade on a caresser, tripoter, retourner, l'objet et transmit les infos au démineur.

Une fois les renseignement recueillis, il nous dit:

Ok les gars c'est une bombe Us ...... de type 125Kg ..... avec détonateur avant et arrière ..... armés bien sur !!!!!!

affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid


Il ajoute que le rayon de sécurité est compris entre 600 et 800 mètres..... (les premières maisons sont à 250..300 mètres.) et nous on a la gueule dessus et on la tripote !!!!!!

Au bout de 3 heures et après avoir appelé son chef, le démineur me rappelle et me dit, bon tu renterres et on voit ça lundi !


scratch va savoir !
Revenir en haut Aller en bas
HansWerner
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 1268
Age : 33
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Dim 20 Sep 2015, 21:28

Tu veux un allumeur ZZ-35 pour la faire sauter ? lol!

_________________
La victoire sera ma motivation, l'honneur ma raison...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Dim 20 Sep 2015, 22:39

sinon un bon coup de masse !!! mdr mdr mdr

pour info sur le terrain sur lequel nous avons fait notre schwerpunkt 2 , un mortier de 80 allemand percuté, un obus de 75 allemand lui aussi percuté, et un truc qui a fait « CLIC » quand Thomas a essayer de voir ce que c’était  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid , ont été trouvés !
Appel à la préfecture (c’est un terrain d’activité de loisir ouvert au public et au début de la saison !!!), la mairie, la gendarmerie (là aussi ce sont les seuls a avoir bouger et a être venu sur place voir ce que c’était !), les démineurs de Caen !

réponse : mettez une rubalise on viendra quand on pourra !....les obus y sont toujours et cet été des partie de paintball ont été organisées sur le terrain !
Revenir en haut Aller en bas
bosco62000
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 519
Age : 36
Localisation : ARRAS

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 00:51

Salut Hick...je vois qu'on est collègue....

des histoires comme ça, j'en ai pas mal en stock....des trucs incompréhensibles...
Revenir en haut Aller en bas
hick
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 3423
Age : 33
Localisation : Montville

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 08:39

bosco62000 a écrit:
Salut Hick...je vois qu'on est collègue....

des histoires comme ça, j'en ai pas mal en stock....des trucs incompréhensibles...


Oui moi aussi mais celle là vaut le détour... potes

Une autre, pareil un week end... une personne de Quincampoix, nous appel pareil il a découvert un engin explosif mais ce coup là chez lui... scratch

On arrive, le gars se présente, il nous emmène dans une cabane derrière chez lui dans le fond de son jardin.... A 50 mètres maximum de son habitation...

Là il pousse une vielle armoire normande et nous présente un Obus qui se trouvait derrière celle ci...
Rebelote nous voilà partis à prévenir la terre entière... faire des photos et toucher...
Même question du démineur qui cherche à savoir si finalement son déplacement est urgent...
Il s'agit d'un Obus de 105 Allemand....
Le démineur nous dit pas de soucis les gars on va passer, il y a pas d'urgence.... faut le stocké tels quel et on voit ça dans la semaine qui suit.

Ok on se serre la louche avec le proprio et là on entend un gros BOOM !

C'était l'obus qui venait de tomber de derrière l'armoire. Lorsque l'on s'est rapproché celui ci roulait tranquillement sur le sol.....


affraid
Revenir en haut Aller en bas
petigny
Posteur bavard
avatar

Nombre de messages : 75

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 08:53

Salut !

L'an dernier : on fait une exposition dans un village qui reçu la visite de la 11eme Pz et des petits gars US en même temps en septembre 44 :

une dame visite l'expo et à la fin nous dit :

" j'ai dans mon jardin un objet métallique , je crois que c'est une grenade ou un boulet de canon : je ne sais pas trop ... Est-ce que vous pouvez venir voir ... "

J'y vais ... pale

dans le jardin un truc en métal à moitié enterré son un platane ...

je regarde de plus près ... (avec la sueur sur le front comme Louis de Funes dans les gendarmes de Saint Tropez !)

c'était bien du Français : affraid

une boule de pétanque !!! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Quentin F
Posteur locace
avatar

Nombre de messages : 356
Age : 20
Localisation : Lagny-sur-Marne (77)

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 10:13

Vous êtes sûre que vous faites de la reconstitution historique ? Nan parce que là vous allez finir par vous constituer un bon arsenal avec tout ce que vous trouvez ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 11:51

Lorsque j etais gosse je me souviens tres bien des deux grenades a manche allemande que mon Grand Pere avait garder de son attaque d'un panther a Clamart en aout 44.
Interdiction d'y toucher ! Du coup elles etaient planquées en haut de l'armoire de mon oncle et a chaque fois qu on pouvait mon petit frere et moi on essayait au moins de les voir de pret mais si possible de jouer a la guerre avec !! C'est plus fun que de faire semblant avec des pommes de pins non ?
Bref un jour mon frangin jubile et me dit qu on peut les attraper ! On s'y colle a deux et effectivement un cordon pend du haut de l'armoire ! On arrive tant bien que mal a l'attrapper et mon frere donne un coup sec dessus pour faire descendre les grenades affraid "CLICK" mais pas de grenade ! Bien sur je le repouse lui disant qu il n'a pas tirer asser fort !!! Rolling Eyes
J'atteappe du bout des doigts le cordon et je tire doucement dessus pour verifier qu'au moins une des deux grenade est bien reliée au cordon ! Ca bouge ! Je jubile en pensant aux jeux que nous allons pouvoir faire en criant BAOUM a chaque lancer ! Je tire un grand coup sec sur le cordon !!!! affraid affraid et la j entend un "click" retentissant en meme temps que je sens la grenade venir vite vers moi ! Je leve les yeux juste a temps pour .....BAAOUUMMM ! affraid affraid affraid
Je me prend en pleine tete la vieille lampe de chevet de mon oncle qui avait un cordon en guise d'interrupteur !!!!

J'ai apris plus tard que ma grand mere avait mis directement a la poubelle les deux engins de mort ! hum
Revenir en haut Aller en bas
HansWerner
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 1268
Age : 33
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 12:25

Super historie POm, par contre une phrase m'a interpellé dans ton récit :

Peter Mühle a écrit:
Lorsque j etais gosse je me souviens tres bien des deux grenades a manche allemande que mon Grand Pere avait garder de son attaque d'un panther a Clamart en aout 44.

Ton Grand Père a fait sauter un Panther ? Peut on en savoir plus ? Laughing

_________________
La victoire sera ma motivation, l'honneur ma raison...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 12:57

pour la petite histoire :
pendant l’occupation ma grand mère interdisait à son mari de participer activement a la résistance car il devait s’occuper de sa famille, alors prétextant le ravitaillement il prenait un fois par semaine son vélo et partait pour une ferme normande de sa famille sous Evreux. il revenait en évitant la feldgendarmerie et les gendarme français avec les sacoches pleine et une petite remorque. avant d’arriver à la maison il passait voir ses copains résistants et leur donnait la remorque chargée de victuaille, cela lui prenait a chaque fois deux jours et deux nuits car le retour était plus lent et plus long pour éviter les patrouilles. Mais lors de la révolte parisienne, il a fichu le camp comme disait ma grand mère, et est partit faire le coup de feux ayant pour mission d’accueillir et de guider les troupes de la 2ième DB pour traverser au plus vite la petite couronne Sud. Il a ainsi, avec quelques camarades, accueilli ce qui semble être le bataillon RBFM du groupe MASSU. ils ont ensemble fait le coup de feu et notamment au moins explosé un char panther à clamart (j’ai souvenir d’une photo du panther en plein centre ville avec un gros FFI peint dessus et mon grand père et ses potes a coté). Ensuite, devant le risque de bloquer la colonne face au fort de Chatillon ils ont reçu l’ordre de retrouver la colonne de St Cloud en passant par boulogne billancourt qui avait été copieusement bombardé depuis juin. Mon grand père a certainement quitté les troupes de Massu lorsquelle fonçait vers l’hôtel Majestic. Je reste évasif car les bribes de mémoire qui me reviennent ne relèvent que de ce que ma grand mère me racontait il y a presque 45 ans...!
De cette période est rester pendant des années une superbe casquette d’enseigne de vaisseau du RBFM de la 2°DB (MASSU) qui avait appartenue à un copain de cette unité, copain que mon grand père avait du se faire pendant ces quelques jours historiques.
Cette casquette avec laquelle évidemment j’ai jouer comme grand amiral de la flotte de guerre francaise (au moins ça) il ne reste plus rien ! certainement jetée au décès de ma grand mère ou oubliée dans un carton en route pour Emmaüs !
D’ou mon envie de refaire cette tenue pour laquelle aujourd’hui il ne me manque que cette fichue casquette !




Pour la grande Histoire - le RBFM de l’Afrique au nid d’aigle :
Suite à l’armistice entre la France et l’Allemagne, l’Angleterre n’a qu’une crainte, que la flotte militaire française ne tombe sous le joug de l’Allemagne et ne se retrouve face aux bâtiments de sa Majesté. Nombreux sont les bateaux français qui ont alors rallié depuis l’Afrique le port de Toulon afin de s’y enfermer et s’y protéger. L’attaque de la Marine Anglaise sur la Flotte Française à Mers-el-Kebir le 3 juillet 1940 augmentera alors la crainte des marins français vis-à-vis des bateaux anglais.
Mai  1942, le Bougainville (ex Victor-Schoelcher – rebaptisé en l’honneur de l’aviso colonial Français que la Marine Gaulliste avec l'aviso Savorgnan de Brazza avait coulé dans la rade de Libreville au Gabon le 8 novembre 1940) accompagné du sous-marin Béveziers se trouvent dans le port de Diégo Suarez lorsque les anglais passent à l’attaque ; c'est l'opération Ironclad, lancée par les britanniques. Le Bougainville est rapidement touché par une torpille et sombre, emportant avec lui plusieurs marins français, dans le même temps, le Bévezier est également torpillé et coulé. Une fois a terre, équipés de quelques armes légères, les marins tentent de faire face aux blindés et fantassins anglais débarqués. Après plusieurs heures d’un combat inégal, le port de Diégo Suarez tombe, les marins Français sont contraints de se rendre.




Le 8 novembre 1942, les troupes américaines débarquent en Afrique du Nord, c’est un nouvel élan qui se présente pour cette poignée de marins (45 officiers, 333 officiers mariniers, quartier-maîtres et matelots) qui veulent en découdre avec l’Allemagne. Les hommes emprisonnés indiquent leur désir de rejoindre Alger pour se mettre aux ordres de l'Amiral Darlan afin de reprendre le combat contre les allemands. Les anglais refusent, ils veulent que les marins rejoignent les FFL en Angleterre. Après toutes ces humiliations, les combats, la prison, Mers El Kébir et pour finir la flotte de Toulon qui se saborde, s'en est trop, les anglais exagèrent ! Voyant la situation s'enliser, les marins acceptent et engagent dans les FFL. Les volontaires embarquent alors sur un paquebot anglais en direction de l'Algérie. Le Capitaine de Corvette Maggiar qui était le second sur le Bougainville et qui dirige maintenant l’unité arrive à Alger le 1er février 1943 ; Il y rencontre l’amiral Lemonnier dans le but de créer un bataillon de Fusiliers Marins pour la prise et la tenue des batteries d’artillerie de Marine de Bizerte. Décision est prise, ils ont 45 jours pour se préparer, s’instruire, et pour étoffer quelque peu les effectifs, environ 550 hommes. Une première perception de matériel fait rapidement déchanter les volontaires, en effet, ils reçoivent entre autres des fusils modèles 1886-93, le fameux Lebel, arme quelque peu désuète, 1 mortier de 81mm, et comble pour des marins : des mulets !  Le 19 avril 1943, le bataillon est fin prêt, et peut réceptionner quelques équipements plus modernes : 18 jeep, une dizaine de camions, des pistolets-mitrailleurs Thompson, etc…




Le 19 septembre 1943, le bataillon Bizerte devient le Régiment Blindé de Fusiliers Marins, le RBFM (par décision 97 EMG/3 du 19/09/1943). Terminé les mulets, terminé les équipements hors d’usage, on va passer sur des chars, ce n’est pas un retour sur les navires, mais c’est toujours mieux que des mules ! Direction Casablanca, pour y percevoir les engins. Le voyage est interminable, 10 jours en train pour certains en voitures pour d’autres . Le RBFM est installé dans le Hangar 14 sur le port de Commerce de Casablanca, qui sert de dépôt pour les marchandises en transit. C’est là que les effectifs grossissent quelque peu, par apport d’hommes de la 2e escadre légère, détruite à Casa, des évadés de France, des Corses, des Pieds-Noirs, des Algériens.  Quelques semaines plus tard, le 23 octobre 1943, des premiers équipements arrivent en extrême petite quantité (4 jeep et 5 Dodges !). Les tenues à l’américaine sont également perçues quelques semaines plus tard (le 9 décembre 1943), mais toujours pas de chars !




Le 9 avril 1944, deux mois avant le débarquement en Normandie, le RBFM s’installe au camp de Sidi Ben Obka à côté d’Oran. Il est décidé que le Régiment embarquera pour l’Angleterre le 29 avril. La récupération des équipements se fait rapidement, 36 TD, 25 scout-cars M3A1, 6 Half-Track M2, 3 Half-Track M3 et quelques motos.  L’unité a devant elle une vingtaine de jours pour se préparer, c’est court, mais les marins savent faire les choses vite et bien. Première chose à faire, s’occuper des organes de visée fournis dans les TD qui ne conviennent pas à des pointeurs chevronnés comme les artilleurs de Marine. Un lot de 40 lunettes de visée Marine est fourni par l’ingénieur d’Artillerie Navale Silvère Sevrat, elles sont rapidement montées sur les TD qui pourront maintenant moucher un Panther en marche à 3000 mètres ! on remet les pendules à l’heure !




Philippe De Gaulle RBFM :





A 1h30, dans la nuit du 02 au 03 aout 1944, la Division touche enfin le sol de France, à Saint Martin de Varreville, la plage d’Utah Beach où a débarqué la 4e division d’infanterie américaine le 6 juin. La division prend alors la direction de La Haye-du-Puit via Saint Sauveur-le-Vicomte, le RBFM étant quand à lui regroupé à Lastelle. Pendant la nuit du 5 au 6 juin, le Lieutenant de Vaisseau Bonnet qui commande le 3e escadron fait retourner toutes les chenilles des TD, qui sont usées, ce qui leur donnera une nouvelle jeunesse, la Division demandant sans cesse et sans réponse le remplacement de ces dernières.




Au passage, un élement précurseur de la Division a debarqué à Omaha Beach le 28 juillet, sous les ordres du Lieutenant-Colonel Repiton-Préneuf aidé de 5 officiers. Il viendra d’ailleurs accueillir le Général Leclerc à son arrivée sur Utah Beach.




C'est le 12 août 1944 que le Régiment enregistre sa première victoire. Vilarem, Enseigne de Vaisseau de 1ere classe qui commande le 3e peloton du 3e escadron (un ancien de bataillon de Bizerte) reçoit l'ordre de 'surveiller' la route d'Alençon, on y signale pas mal de trafic ... Il envoi le Strasbourg et le Jean-Bart occuper cette position. Le "Strasbourg" est sous le commandement du quartier-maitre mécanicien Le Roux. le TD "Jean-Bart" (commandé par Passaquet - un opticien télémetriste) du 3e Escadron détruit un Panther en 3 coups et à 800 mètres de distance (après avoir allumé au passage 3 camions remplis d'infanterie allemande). Chaque peloton de TD est protégé par une "protection", assurée par quatre jeep occupées par des voltigeurs, dont le rôle est d'écarter les fantassins ennemis, qui pourraient s'approcher et mettre en danger les blindés avec des panzerfaust, panzerschrek et autres grenades, car il faut le rappeler, les TD n'ont pas de tourelle fermée, une grenade et c'est le drame ! 
Le 2e escadron quitte le GTV pour rallier le GTR (Roumiantzoff), pour un bivouac le soir à la ferme des Galets à l’entrée de la forêt de Perseigne.




Direction Alençon puis au nord la Forêt d'Ecouves, dans laquelle les restes de la 9e Panzer en retraite s'y sont refugiés. Mais Leclerc décide de contourner ce massif forestier, et de prendre la direction de Carrouges sur la gauche, vers Sées, ce qui amene tout droit sur Argentan et Ecouché, liaisons routières importantes pour la retraite de l’armée allemande.
Char « le Valois » détruit lors de la bataille de Carrouges





Le groupement Dio a reçu l'ordre de se rendre sur Carrouges, tout droit sur l'axe de retraite de la 2e Panzer. Les allemands, en pleine retraite, et par une chaleur etouffante n'en peuvent plus, une halte est décidée, mis à profit immédiatement par le groupement Dio qui lance l'attaque. C'et le peloton Josse du RBFM qui se trouve en pointe, avec les TD "Malin", "Audacieux", "Terrible" et "Fantasque". Alors que la colonne principale progresse sur la route, il reçoit l'ordre d'avancer par la gauche, en débordement de Carrouges. Un canon d'assaut est débusqué et détruit. Une colonne allemande tombe également dans les bras de Conan, chef du groupe de protection, qui récupère plusieurs canons et camions ainsi qu'une kubelwagen. Carrouges est aux mains de la 2e DB.









Ordre est donné de rapidement occuper le carrefour de Menil-Scelleur, dans la direction d'Argentan. Sur le chemin, la protection capture une centaine de prisonniers ainsi que 7 automitrailleuses. Un panzer IV est détruit par le Dunkerque, qui lui expédie 7 obus histoire d'être sûr de la destruction. En arrivant au carrefour convoité, le "Richelieu" est touché au niveau du moteur gauche et s'embrase, l'équipage l'abandonne. Le carrefour est alors la zone de couverture d'un tir de barrage allemand, qui a pour résultat la destruction de deux jeep : "L'impéteuse" et "la Dedaigneuse". Sous les yeux de Francescini et Mothe, respectivement chef de char et tireur du Richelieu, l’incendie est maitrisé par l'exincteur interne, ils en profitent alors pour reprendre possession de leur bien et d'expédier quelques perforants et détruire le Panther qui les avait mouché !




C’est du PC de la division situé à Fleuré qu'est parti l'ordre de départ pour Paris, le fameux : "Gribius, mouvement immédiat sur Paris !"






















Ensuite le RBFM continua son chemin avec en particulier la libération de la poche de Royan et du Nid d’Aigle du chancelier... mais c’est une autre histoire !


 POUR INFO : Jean Moncorgé, alias Jean Gabin, intègre le régiment blindé des fusiliers marins qui rejoindra la 2e division blindée du général Leclerc. En février 1945, il participe aux très violents combats de la poche de Royan comme chef de char. Il a pris le commandement du Souffleur II et pousse jusqu'à Berchtesgaden, où se trouve Le chancelier.



merci à l’association RBFM-LECLERC pour la qualité de son site et pour l’emprunt de texte et de photo : RBFM-LECLERC CLIQUE ICI


question uniformologie :
Les troupes française sont bien évidemment équipées par les américains donc on retrouve le pantalon et la chemise moutarde M37, la cravate « pink » et la veste M41 avec les brodequins simples puis les « buckles ».
cette tenue officielle est agrémentée par les grades français qui sont concernés ainsi que les coiffes tel le Bachis et son pompom rouge ou les casquettes de la marines pour les sous officiers et officiers. Et oui la marine est et reste très présente pour ces hommes !
        
les insignes d’épaule sont la banane « fusiller-marin » et les doubles ancres rouge croisées.
      
l’insigne de la 2°DB est porté sur la poitrine droite et l’insigne du RBFM sur la poitrine gauche
    




et voila ce que j’ai réaliser avec seulement deux galons au lieu de trois !












Vous remarquerez le trait d’union entre les deux mots de la « banane » , c’est une caractéristique des fusiliers du RBFM qui disparaitra après guerre.
De même les épaulettes montrent bien quelles sont d’époque. Le « bricolage » réalisé par l’enseigne de vaisseau a qui elles appartenaient, est bien visible sur la photo ! Il fallait à l’époque adapter les épaulettes a passant longitudinal aux vestesM41 qui avaient déjà une épaulette pour fixer les grades américains !
(dans les autres groupes de la 2°DB cela ne posait pas de soucis car les grades étaient ceux de l’armée de terre Francaise qui « s’enfilaient » sur les épaulettes américaine)
En ce qui concerne la RBFM et tout particulièrement mes épaulettes, on voit très bien le rajout de deux élastiques perpendiculaires a l’axe du passant de la veste M41 qui s’y logeait.
Bon les puristes vont me dire que sans l’ancre de cannelle d’or en haut des épaulettes je ne suis que « de la marchande » et ils auront raison ! si ce n’est que mes ancres je les ai mais elles se sont décousues avec le temps et seront bientôt « réinstallées » pour bien correspondre aux épaulettes de la « Royale » !





l’écusson de casquette est celui d’officier :




L’écusson de bras aux doubles ancres croisées rouges est lui aussi d’origine avec encore par endroit le fil de couture en pourtour.
le plus difficile maintenant est d’arriver a trouver une casquette 1936/1960 en taille 60 ce qui est extrêmement rare !











avec le détail sur le motif de l’ancre brodée en fil d’or ou Cannetille





ce type d’épaulette (ou les fuseaux correspondant) à été porté jusqu’a la fin de la guerre d’Indochine, elle sera progressivement remplacée par les épaulettes actuelles en forme de losange.




Enfin un dernier élément d’importance de cet uniforme : La Fourragère rouge couleur de la Légion d’Honneur.




Du coté de l’histoire :
Au début de la Première Guerre mondiale, les troupes allemandes traversèrent la frontière belge près de Arlon, et traversèrent rapidement le pays afin de sécuriser les ports français de Calais et Dunkerque. Lorsque l'armée allemande arriva aux environs de Dixmude en octobre 1914, les Belges avaient inondé la région en ouvrant les écluses de l'Yser. La rivière devint une ligne de front. La ville fut attaquée une première fois le 16 octobre 1914, ce qui marqua le début de la bataille de l'Yser. Le colonel Alphonse Jacques dirigea les troupes qui empêchèrent la prise de la ville. Ultérieurement ce militaire a été anobli, Baron Alphonse Jacques de Dixmude. À la fin des combats, la ville était en ruine. Elle fut reconstruite durant les années 1920. Les troupes de la marine française sont représentée par les fusiliers marins qui tout au long de cette bataille de l’Yser marquèrent par leur courage et leur engagement les combats. Ils en furent récompensé par la remise a leur régiment de la Légion d’Honneur avec autorisation pour ses membres de la porter (ce qui n’est pas toujours le cas).




Le 12 avril 1944, le RBFM est officiellement intégré dans la 2e DB. Le Général Leclerc les rencontre le 14, et n’est pas très accueillant avec eux  : « je ne vous ai pas demandés. Le Général de Gaulle vous a imposés à moi. Je suis bien obligé de vous prendre. Mais je sais qui vous êtes et ce que vous avez fait. Vous avez toujours défendus les intérêts de la Marine, mais pas de la France. Il faudra que vous changiez. Si vous ne le faites pas, si vous ne vous entendez pas avec les autres unités de la 2e D.B, je vous laisserai sur les quais dans les ports anglais. Vous ne débarquerez pas en France…. ».
Pour ce faire, le général Leclerc interdit alors jusqu’à nouvel ordre que les marins de l’unité portent la fourragère rouge, fierement gagnée par les Fusiliers Marins à Dixmude, lors de la Première Guerre Mondiale.




et ensuite :




Ordre du Jour n°53
Au cours des combats de Normandie et de Lorraine, le Régiment Blindé de Fusiliers Marins a donné la preuve de sa valeur militaire et de la bravoure de ses équipages.
Le Général est heureux de les autoriser désormais à porter la fourragère de la Légion d'Honneur des Fusiliers Marins de Dixmude, fourragère qui leur avait été attribuée au mois de mai 1944 par le Ministre.

Les Officiers, Officiers Mariniers, Matelots du Régiment Blindé des Fusiliers Marins, seront fiers, au côtés de leurs camarades actuellement embarqués d'avoir contribué à rétablir dans son prestige la Marine Française, après tant de douloureux souvenirs.





                                                                                                          Q.G., le 16 septembre 1944
                                                                                                           Le Général de Division LECLERC
                                                                                                           Commandant la 2eme Division Blindée
Revenir en haut Aller en bas
HansWerner
Posteur Fou
avatar

Nombre de messages : 1268
Age : 33
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   Lun 21 Sep 2015, 22:16

Sacré histoire !

_________________
La victoire sera ma motivation, l'honneur ma raison...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La France, grande mutilée de guerre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La France, grande mutilée de guerre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lufteaux :: Le campement des Lufteaux :: La roulante des Lufteaux-
Sauter vers: